logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/03/2012

Déjà 21 ans... Serge Gainsbourg nous disait au revoir !!!

Gainsbourg 2.jpg

Il y a, aujourd'hui, 21 ans... Serge Gainsbourg nous faisait un dernier clin d'oeil...

Fils d'immigrants russes juifs, Serge Gainsbourg veut d'abord être artiste-peintre. En fait il devient célèbre en tant qu'auteur-compositeur-interprète qui aborde de nombreux styles musicaux, ainsi que le cinéma et la littérature. Ses débuts sur scène sont difficiles, en raison de son physique. Toute sa vie, Serge Gainsbourg souffre de ce sentiment de rejet et de l'image que lui renvoie son miroir : celle d'un homme que l'on qualifie de laid. Il réalise plusieurs films et vidéo-clips et compose plus de quarante musiques de films.

Gainsbourg a une influence considérable sur des artistes français comme Taxi Girl,  Renaud ou encore Étienne Daho mais également sur des artistes internationaux tels que Beck, Portishead et le compositeur David Holmes.

Et c'est en lisant le journal municipal de Levallois, que j'ai découvre un texte de Serge Gainsbourg qui m'était totalement inconnu : "La recette de l'Amour fou".
Ce texte était sur son premier album, encensé lors de sa sortie par Boris Vian, mais boudé par le public. Il a été enregisté avec Alain Goraguer et son orchestre. Sur cet album on retrouvait les titres suivants :

01. Le poinçonneur des lilas,
02. La recette de l'amour fou,
03. Douze belles dans la peau,
04. Ce mortel ennui,
05. Ronsard 58,
06. La femme des une sous le corps des autres,
07. L'alcool,
08. Du jazz dans le ravin,
09. Charleston des déménageurs de piano,
10. La jambe de bois "Friedland"
11. Douze belles dans la peau (en public* aux 3 Baudets),
12. La recette de l'amour fou (en public* aux 3 Baudets),
13. La femme des une sous le corps des autres (en public* aux 3 Baudets),
14. Le poinçonneur des lilas (en public* aux 3 Baudets).

* en "live" comme on dit maintenant...



Je vous en livre les paroles qui témoignent avec justesse d'une alliance pafaite de notre quotidien que sont l'Amour et la Gastronomie :

Dans un boudoir introduisez un coeur bien tendre,
Sur canapé laissez s'asseoir et se détendre,
Versez une larme de porto,
Et puis mettez-vous au piano,
Jouez Chopin,
Avec dédain,
Egrenez vos accords,
Et s'il s'endort,
Alors là, jetez-le dehors.

Le second soir faites revenir ce coeur bien tendre,
Faites mijoter trois bons quarts d'heure à vous attendre,
Et s'il n'est pas encore parti,
Soyez-en sûr c'est qu'il est cuit,
Sans vous trahir,
Laissez frémir,
Faites attendre encore,
Et s'il s'endort,
Alors là, jetez le dehors.

Le lendemain il ne tient qu'à vous d'être tendre,
Tamisez toutes les lumières et sans attendre,
Jouez la farce du grand amour,
Dites "jamais" dites "toujours",
Et consommez,
Sur canapé,
Mais après les transports,
Ah ! s'il s'endort,
Alors là, foutez-le dehors.


Du Gainsbourg... bien sûr mais très, très. . . bien écrit pour un premier album.



podcast

Gainsbourg 1.gif

Gainsbourg.gif   

 

22/12/2009

Mylène est de retour...

Mylène Farmer, dont je suis un fan, est de retour. Pascal Nègre, directeur de sa maison de disques, vient d'annoncer son prochain album pour le dernier trimestre 2008... et déjà on se met à réver à un prochain concert !!!

Cette fois-ci son "retour" commencerait par une grande tournée en France, en 2009, qui se terminerait, en décembre, à Paris à Bercy et au Palais des Sports ainsi que des séances supplémentaires au Zenith(sous réserve). Comme pour son dernier concert à Bercy en janvier 2006 : "Avant que l'ombre" la location sera ouverte 1 an à l'avance c'est-à-dire en décembre 2008

J'y étais et je n'hésite pas à vous faire vivre mon émotion de ce 13 janvier 2006 :

Il est 18h00, une ultime vérification (les places de concert sont bien dans mon portefeuilles), et direction Bercy.

Enfin nous y sommes !!! : le POPB est devant nous.

Un petit repérage des lieux... des centaines de fans ont déjà pris place sur les marches.

Diner rapide, puis tour du POPB pour situer la porte 20(celle inscrite sur le billet…).

Très vite nous comprenons qu’il faut intégrer les files d’attente qui ne font que grandir à vue d’œil !!!

Il est 19h45 et nous entrons dans la salle du palais omnisports : l'éclairage est rouge, la scène en forme de croix s'étend jusqu'au milieu de la salle et sur la « vraie » scène, se dresse une porte majestueuse et magnifique !!! . Nous avons une très bonne vue sur les « deux scènes » mais nous regrettons de ne pas être dans la fosse pour être plus près d’elle … mais nous avions souhaité des places assises plutôt que la cohue.

Ambiance "bonne enfant", tous attendant, avec, impatience « LA » star du jour : Mylène!

Il est 20h30 les lumières s'éteignent et l'ambiance commence à monter. La quasi-totalité du public est debout pour ne pas rater l’arrivée de son idole.

Mais … fausse joie : un court-métrage défile sur les écrans, mélange d'images, de dessins… court-métrage un peu "glauque", mais intéressant et porteur de messages!!!

Puis … l’HORREUR : on nous annonce 20mn d'entracte! Le public n'y tient plus et appelle Mylène, plus vite, plus fort! Une «ola» commence d’abord dans la fosse puis gagne les gradins!

L’ambiance monte peu à peu! Nous y sommes, nous n'avons jamais été aussi proche de «LA» voir!

Les lumières s'éteignent de nouveau et les cris et sifflements fusent de toutes parts.

Puis nous distinguons quelques petites lumières dans «le ciel du palais» …et entendons quelques notes de musique.

L'attente se fait longue... Enfin la lumière! Elle vient du ciel! Mais nous ne voyons rien !!!

Où est-elle ? Que se passe-t-il ? Tout le monde applaudit, crie, on nous dit qu'elle arrive.

Elle est dans un "sarcophage de verre" transparent et doré. Une passerelle descend au-dessus de nos têtes, et là…nous «La» voyons, dans ce "cercueil", telle une princesse digne des plus beaux contes de fée, portée par ses danseurs, également, magnifiques ! Elle est, enfin là !!!

Elle ouvre les yeux et sort de ce «cercueil de verre», en tenue dorée, elle est là à quelques mètres seulement de nous.

Elle est magnifique, merveilleuse, lumineuse… Le public, enfin récompensé de sa longue attente, se lâche et accompagne Mylène dans toutes ses chansons les plus récentes comme les plus anciennes !!!

Certaines chansons frisent l’hystérie collective (même dans les gradins, on est debout), mais on en redemande…

Nous vivons ce concert avec bonheur et surtout beaucoup d'émotion ! Nous admirons ce visage, elle paraît si fragile…Un regard … déstabilisant, Les larmes de Mylène …

Le spectacle est grandiose : La mise en scène, les danseurs Espagnols, les choristes américaines, le décor, tout est prétexte à rêver…

Nous assistons, également, à une arrivée aérienne de Mylène sur "un lustre géant", qui survole le public et vient se poser sur la scène centrale. Des effets spéciaux hallucinants par leurs côtés magiques!

Tellement de souvenirs : souvenir de ce «rideau d’eau» lors de l’ultime chanson :

"Avant que l’ombre…"

Lorsque l’eau a commencé à tomber, nous sommes restés ébahis nous demandant si, vraiment, c’était de l’eau ou un quelconque effet… Mais oui, c’était bien de l’eau, agréable et rafraîchissante …

De là où nous étions nous sentions comme un petit vent de fraîcheur!

C’est vraiment très impressionnant. Ce que nous voyons semble irréel, Mylène en kimono rouge orangé est juste là, puis l’eau se coupe au milieu et forme à plusieurs reprises le mot « passé » en même temps que les paroles de la chanson.

Lentement le rideau d’eau se referme, les « filaments d’eau » se rapprochant.medium_mylene.jpg

Mylène quitte, majestueusement, le devant de la scène… Sa silhouette se dessine sur le rideau d’eau ….

Elle commence à monter des marches abandonnant sa tenue pour n’être plus vêtue que d’une fine tenue dorée, laissant découvrir son dos nu, le public se laisse emporter par ce final éblouissant !

Le mélange d’émotion dans la salle est très fort, indescriptible !

Nous avons vraiment assisté à un spectacle fascinant, dont nous ressortons un peu "hébétés" avec plein d'images dans la tête…. Plein, plein, tellement... en attendant le prochain concert.

Quand nous en reparlons autour de nous nous ressentons encore cette ambiance euphorisante

Vraiment, « C’est une belle journée », qui s’achève, comme elle le chante si bien....

Mylène Farmer
Nom Mylène Gautier[1]
Naissance 12 septembre 1961, Pierrefonds, Québec, Canada Canada
Pays d'origine France Française
Profession(s) Chanteuse, Actrice, Auteur, Compositeur
Genre(s) Pop, Variété
Années actives 1984 - aujourd’hui
Label(s) Polydor

15/09/2009

Quand le Pays Basque s'invite à l'Olympia...

Hier soir la salle de l'Olympia, y compris moi, s'est enflammée en écoutant le chanteur basque  le plus populaire depuis Luis Mariano :

Michel Etcheverry

"Michel Etcheverry incarne depuis des années déjà le chanteur basque dans toute sa splendeur. La voix d'or de Michel Etcheverry a résonné partout dans le monde, et Michel Etcheverry, auto-proclamé "chantre du rugby", s'est produit sur les plus grandes scènes ainsi que dans de nombreux stades. Michel Etcheverry, souvent imité, jamais égalé, reste pour beaucoup de gens la référence de la chanson populaire basque. Le sympathique Michel Etcheverry est né à Helette (Heleta), au cœur du Pays Basque en 1948 (la même année que Alice Cooper !). Le jeune Michel Etcheverry va d'abord se passionner pour la pelote basque qu'il pratiquera très vite en professionnel. Michel Etcheverry se forgera d'ailleurs un palmarès enviable (4 fois champion de France) puis se tournera vers son autre passion : la chanson populaire basque. Michel Etcheverry devient donc chanteur professionnel à plein temps et la suite de sa carrière lui donnera raison de s'être engagé dans le show-business."

Un véritable régal et je me trouvais un peu perdu au milieu des nombreux Basques de Paris... Bien entendu j'étais bien loin de connaître son répertoire... mais je suis rentré avec le plein de mélodies dans les oreilles. 

 
podcast

 

30/06/2009

Un mythe s'en est allé....

Etait-il "Black or White", "Noir ou Blanc" ... Peu importe il aura marqué les dernières décennies de la musique pop. Je ne m'étendrai pas sur sa biographie qui fait "la une" de tous les médias mondiaux.

Un p'tit coucou en hommage à Michael Jackson qui nous a quitté dans un concert orageux dans le ciel parisien !!!

14/06/2009

Le "Tube" de l'été 2009

En avant-première... le "Tube" de l'été :

  • sortie nationale le 22 juin 2009,
  • La Crise interprété par le groupe L'Homme Parle(collectif nîmois",
  • 1er album "Militants du Quotidien".

On aime ou on n'aime pas... le Hip/Hop mais certaines vérités sont dites !!!

10/06/2009

La place Maurice Chevalier

Tout en déambulant dans l'est parisien, à la découverte des fontaines d'hier et d'aujourd'hui, je me suis retrouvé sur la place Maurice Chevalier, à l'intersection de la rue Etienne Dolet et de la rue du Liban(quartier Belleville dans le XX°).

medium_Place_Maurice_Chevalier.2.jpg

Cette place de 32m x 14m a absorbé l'impasse du Liban. Tout en découvrant cette place, sans réellement de vie, j'aperçus la rue de Ménilmontant et bien m'en a pris car j'y ai découvert un trompe l'oeil, ou plutôt une fresque murale dédié aux "Gars de Ménilmontant" si chers à Maurice Chevalier.

Avant de découvrir cette fresque je me retourne et admire l'église Notre Dame de la Croix qui domine la place.

medium_IMGP1935.JPG
medium_IMGP5352.JPG
medium_IMGP5354.JPG

Et bien entendu une p'tite chanson de Maurice Chevalier


podcast

medium_IMGP1936.JPG

30/03/2009

Au revoir Maurice... Jarre

medium_Maurice_Jarre.jpg

A 84 ans il nous quitte, mais avec une telle discographie nous ne pourrons pas l'oublier d'autant que les films pour lesquels il a composé les musiques sont des succès incontestables et incontestés :

  • Docteur Jivago,
  • Lawrence d'Arabie,
  • Paris brûle-t-il,
  • Ghost,
  • Le cercle des poètes sisparus...

Un de ses suucès avec un clin d'oeil à nos amis béarnais :


podcast

20/03/2009

Au revoir Alain... BASCHUNG

 Note modifiée
Pour une fois le Service Public (France 2) a fait un effort en déprogrammant sa soirée pour rendre un hommage mérité à alain Bashung qui aura lutté jusqu'à son dernier souffle pour satisfaire son Public.
Il y a 15 jours on te récompensait.
Aujourd'hui nous te pleurons... ainsi va la vie, mais nous ne t'oublierons pas tant le discours était juste.
Je l'ai toujours connu puisqu'il avait 5 ans de moins que moi...
C'est le jour du "Grand Départ" et même si on ne se retrouve pa dans l'au-delà... on pourra toujours aller te saluer au Père Lachaise ou  écouter tes magnifiques chansons...
Pour te rendre un dernier hommage :

05/03/2009

Les Urnes de l'Opéra

Pour les amateurs d'art lyrique

En écoutant une interview d'Elizabeth Giuliani(conservateur général, directrice adjointe du service audiovisuel de la BNF) j'ai découvert que depuis une semaine les 3 CD réalisés à partir de 24 disques "ensevelis" en 1907 dans les sous sols de l'Opéra Garnier sont en vente ...

Ces disques contenaient les premiers témoignages enregistrés de l’histoire du disque. Les géants de l’art lyrique de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème siècle y sont représentés : de Maurice Renaud à Mattia Battistini, d’Ernestine Schumann-Heink (qui chanta pour Mahler et Wagner !), de Adelina Patti à Nelly Melba, de Fernandio di Lucia à Francesco Tamagno (le créateur de l’Otello de Verdi), mais aussi de Kreisler à Paderewski (immense pianiste et futur président de la jeune république polonaise) de Reynaldo Hahn à Jan Kubelik (violoniste immense) c’est un pan entier de l’histoire qui se dévoile aujourd’hui. Les bandes, malgré un son précaire, ont été restaurées par la BNF. En publiant le contenu des Urnes de l'Opéra, EMI Classics révèle les débuts de son activité phonographique et dessine une première histoire de l’interprétation. Un livret richement documenté vient compléter cette parution historique à tous égards.

En cliquant sur la vignette ci-dessous vous pourrez retrouver toutes les informations communiquées par la Bibliothèque  nationale de France

medium_5099920626723.gif
Vous pourrez écouter de nombreux extraits chantés par ces grands artistes disparus et parfois inconnus...
Une pure merveille à mon sens.

18/02/2009

Nous vieillirons ensemble... de Bourvil

Sur le blog d'Urga "A l'ombre du Banian" les paroles d'une magnifique chanson de Bourvil dont certains de ses lecteurs n'ont pas trouvé la mélodie. En bon normand, comme Bourvil, je vous offre cette mélodie pour la Saint Valentin et tous les autres jours de l'année.



08/02/2009

Déjà 50 ans...

Cette année-là, en 1959, naissait mes goûts pour la musique classique...

Comme dans tous les foyers de l'époque, les chansons étaient de mise pour les cérémonies et avec la "TSF"(la radio d'hier), les premiers électrophones "grand public" faisaient leur apparition.

Dès mon plus jeune âge je fus attiré par le chant choral et je dois remercier mon institutrice et mon maître de chorale à l'église paroissiale à qui j'ai succédé vers mes 18 ans(chants grégoriens en latin bien évidemment...).

Je suis, peut-être, passé à côté d'une grande carrière car :

"La Star Ac" n'existait pas... mais la professeur de musique, Mme LAGADEC, du lycée Aristide Briand sut reconnaître, en moi, le ténor léger de l'époque.

Une chose est vraie :

En ce mois de juin 1949 le théâtre municipal d'Evreux termine la saison en programmant cinq présentations de l'Opéra CARMEN de Bizet. Nous n'étions pas que figurants mais, également, choristes et acteurs sur la scène.

Après cette prestation je suis resté 4 années dans la chorale du Lycée qui faisait appel aux élèves du lycée.

Ce fut une expérience très enrichissante sur le plan artistique et pour une meilleure compréhension de la musique classique.

Et ce goût je l'ai conservé en fréquentant les théâtres régionaux et, bien entendu, les opéras parisiens, mais ce goût prononcé pour la musique je ne l'ai pas assez cultivé et aujourd'hui je le regette...

medium_Chorale_mixte_1958-1959.jpg

 



13/01/2009

Bravo à nos amis Suisses...

 C'est un véritable exploit pour ces percusionnistes tant sur le plan "rythmique" que sur le plan physique. A regarder dans son intégralité car cela va crescendo... Une très belle parade.

 

11/04/2008

La recette de l'Amour fou (Serge Gainsbourg)

En lisant le journal municipal de Levallois, je découvre un texte de Serge Gainsbourg qui m'était totalement inconnu : "La recette de l'Amour fou".
Ce texte était sur son premier album, encensé lors de sa sortie par Boris Vian, mais boudé par le public. Il a été enregisté avec Alain Goraguer et son orchestre. Sur cet album on retrouvait les titres suivants :

01. Le poinçonneur des lilas
02. La recette de l'amour fou
03. Douze belles dans la peau
04. Ce mortel ennui
05. Ronsard 58
06. La femme des une sous le corps des autres
07. L'alcool
08. Du jazz dans le ravin
09. Charleston des déménageurs de piano
10. La jambe de bois "Friedland"
11. Douze belles dans la peau (en public aux 3 Baudets)
12. La recette de l'amour fou (en public aux 3 Baudets)
13. La femme des une sous le corps des autres (en public aux 3 Baudets)
14. Le poinçonneur des lilas (en public aux 3 Baudets)



Je vous en livre les paroles qui témoignent avec justesse d'une alliance pafaite de notre quotidien que sont l'Amour et la Gastronomie :

Dans un boudoir introduisez un coeur bien tendre,
Sur canapé laissez s'asseoir et se détendre,
Versez une larme de porto,
Et puis mettez-vous au piano,
Jouez Chopin,
Avec dédain,
Egrenez vos accords,
Et s'il s'endort,
Alors là, jetez-le dehors.

Le second soir faites revenir ce coeur bien tendre,
Faites mijoter trois bons quarts d'heure à vous attendre,
Et s'il n'est pas encore parti,
Soyez-en sûr c'est qu'il est cuit,
Sans vous trahir,
Laissez frémir,
Faites attendre encore,
Et s'il s'endort,
Alors là, jetez le dehors.

Le lendemain il ne tient qu'à vous d'être tendre,
Tamisez toutes les lumières et sans attendre,
Jouez la farce du grand amour,
Dites "jamais" dites "toujours",
Et consommez,
Sur canapé,
Mais après les transports,
Ah ! s'il s'endort,
Alors là, foutez-le dehors.


Du Gainsbourg... bien sûr mais très, très. . . bien écrit pour un premier album.



podcast

08/02/2008

Cette année-là... en 1959

Il y a 50 ans je me souviens de la naissance de mes goûts

pour la musique classique...

Comme dans tous les foyers les chansons étaient de misepour les crémonies et après la "TSF"(la radio d'hier),lespremiers éléctrophones "grand public" faisaient leur apparition.

Dès mon plus jeune âge je fus attiré par le chant et je doiremercier mon institutrice et mon maître de chorale à l'église paroissiale à qui j'ai succédé vers mes 15 ans (chants grégoriens

en latin bien évidemment...)Je suis, peut-être, passé à côté d'une grande carrière car :

"la Star Ac" n'existait pas...mais la professeur de musique, Mme LAGADEC,du Lycée Aristide Briand sut reconnaître, en moi, le ténor léger de l'époque.

Une chose est vraie :

En ce mois de juin 1959 le théâtre municipal d'Evreux termine la saison en programmant cinq représentations de l'opéra Carmen de Bizet. Nous n'étions pas que figurants mais, également, choristes et acteurs sur la scène.
Après cette prestation je suis resté 4 ans dans la chorale du théâtre qui faisait appel aux élèves du lycée et du collège d'Evreux.
Ce fut une expérience très enrichissante sur le plan artistique et pour une meilleure compréhension de la musique classique.
Et ce goût je l'ai conservé en fréquentant les théatres régionaux et bien entendu les Opéras parisiens, mais je ne l'ai pas cultivé et je le regrette aujourd'hui...
medium_Carmen_1959.jpg


 
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique