logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/09/2010

De fontaines... en fontaines...(19)

Le mois d'août à Paris est propice à la découverte de lieux pas très fréquentés par les touristes(je suis en train de mettre de l'ordre dans mes photos et documents.

Tout en déambulant j'ai revu certains sites que j'avais découverts précédemment et plus particulièrement...:

La Fontaine du Parc de Belleville

rue Piat - rue Julien Lacroix (20°)

La colline de Belleville est connue, depuis l'Antiquité, pour le ruissellement de ses eaux.

Ses sources, déjà exploitées par les romains, furent canalisées sous Philippe-Auguste pour desservir les communautés religieuses établies au nord-est de la Seine.

Cette eau, emblème du lieu, est au coeur de la conception paysagère du parc dessiné par l’architecte Paul Debulois et le paysagiste Paul Brichet.

Le jardin, inauguré en 1988, offre, à la vue, la plus grande fontaine en cascade des jardins de Paris.

Il faut la découvrir du haut du belvédère au débouché de la rue des Envierges.

Soulignant l’axe principal du parc et d’abord composée d’une ligne d’eau calme établie le long des escaliers et des rampes, elle plonge un peu plus bas à travers une trouée végétale et rejoint, par degrés successifs, un ensemble de bassins composé en éventail et conduisant le regard jusqu’à la pente de la rue de Palikaoet le boulevard de Belleville.

La coulée d’eau du parc de Belleville constitue l’une des plus belles réussites de l’aménagement paysager parisien des années 1980.

Cette fontaine, à elle toute seule, est magique car, non seulement,  c'est un havre de fraîcheur... mais aussi un endroit d'où l'on découvre Paris sous un autre angle.

Je vous laisse découvrir un méli-mélo de photos prises tout au long de mon parcours dans le parc... en partant du belvédère :

Photos,et texte © Michel Lebel and Co

  

IMGP5340.JPG
IMGP5336.JPG
IMGP5338.JPG
IMGP1922.JPG
IMGP1925.JPG
IMGP1926.JPG
IMGP5349.JPG
IMGP5347.JPG
IMGP5335.JPG
IMGP5346.JPG
IMGP5345.JPG
IMGP5344.JPG
IMGP5333.JPG
IMGP1914.JPG
IMGP1913.JPG
IMGP1939.JPG
IMGP1935.JPG
Une très belle balade que je referai avec beaucoup de plaisir... sous le soleil bien entendu.

23/07/2009

De fontaines... en fontaines...(18)

photos© Michel LEBEL and Co (reproduction interdite)

L'orage gronde sur Paris et en attendant la pluie pour nous rafraîchir... une nouvelle fontaine parisienne située dans le 19° arrondissement face au boulevard d'Algérie :

La Fontaine du Square de la Butte au Chapeau Rouge

IMGP5315.JPG

Le Square de la Butte du Chapeau Rouge a été aménagé à la fin des années 1930 sur un tronçon des anciennes fortifications par Léon Azéma, alors architecte de la Ville de Paris chargé des promenades.

Le terrain correspond à une ancienne zone de carrières, "les carrières d’Amérique", d’où l’on extrayait le gypse, et qui s’étendaient jusqu’aux Buttes Chaumont.

Son aménagement s’appuie sur le relief accidenté dont l’architecte a tiré parti pour créer un large parterre de forme trapézoïdale qui conduit au buffet d’eau clôturant le parc en parti basse.

IMGP1907.JPG

La brique, matériau très utilisé par les architectes de jardins dans les années 1930, met en valeur l’ouvrage disposé en gradins où l’eau rejaillit en cascades.

Un nu féminin, en pierre, du sculpteur Raymond Couvègnes domine l’ensemble.

IMGP5320.JPG

Cette oeuvre, dont le néo-classicisme répond au style du parc, fut commandée pour l’exposition internationale de 1937. Entourée de vingt-quatre trophées en staff blanc symbolisant Paris et les Arts, elle décorait alors la porte du boulevard Delessert, d’où le titre sous lequel elle est parfois désignée :

L'Accueil de Paris

Et pour découvrir d'autres facettes de cette fontaine il suffit de cliquer sur la vignette ci-dessous :

image_800.jpg

 

 

12/07/2009

De fontaines... en fontaines...(16)

Ce soir mes lecteurs habituels vont être déçus du fait que "ma fontaine" est sèche... mais faisant partie des balades du patrimoine je vous fais découvrir :

vidéos et photos© Michel LEBEL and Co (reproduction interdite)

La Fontaine Labyrinthe Martha Pan

Place des Fêtes (Paris 19°)

IMGP1912.JPG

Le projet de Martha Pan choisi pour la place des Fêtes à la suite d’un concours restreint organisé en 1980 pour encourager la création de fontaines nouvelles dans Paris, fut préféré à ceux d’Alicia Penalba et Alberto Guzman.

L’artiste décrit ainsi son ouvrage : “la fontaine est composée de cinq bassins concentriques prolongeant les emmarchements avec une faible dénivellation. Les gradins s’enroulent autour de la fontaine et la relient de tous côtés aux terrains environnants.” Le courant d’eau est inversé de bassin en bassin, ce qui augmente visuellement sa rapidité.

Dans le dispositif d’origine, un mur d’eau complétait les gradins en leur donnant un fond. L’eau y ruisselait le long de la paroi légèrement inclinée et disparaissait dans une goulotte au pied du mur. L’oeuvre, inaugurée en 1986, marque à la fois le désir d’introduire l’art vivant dans le tissu urbain et celui de redonner une identité à un lieu déstructuré par l’urbanisme des années 1960.

Ce qui est dommage c'est qu'elle soit tarie...

Quelques photos supplémentaires avec son environnement :

IMGP1908.JPG
IMGP1909.JPG
IMGP1910.JPG
IMGP1911.JPG
IMGP1912.JPG
IMGP5328.JPG
IMGP5330.JPG

 

De fontaines... en fontaines...(17)

Après la Fontaine labyrinthe au style dépouillé retrouvons aujourd'hui une fontaine située au bas du parc de Belleville dont je vous parlerai prochainement...

La Fontaine du square de Palikao

rue Julien Lacroix (Paris 20°)

vidéos et photos© Michel LEBEL and Co (reproduction interdite)

IMGP1934.JPG

Au lieu de s'arrêter brutalement au bas du parc de Belleville lorsque celui-ci vient butter sur la rue Julien-Lacroix, l’aménagement paysager de la colline se prolonge par un jardin terrasse ouvert sur le replat du versant.

Le square de Palikao, conçu lui aussi par Paul Debulois et Paul Brichet, crée untemps de repos dans la descente et sert delien avec l’espace urbanisé qui lui succède.

La différence de niveau, absorbé par un jeu de rampes et d’escaliers, est marquée par la présence d’un bassin d’eau circulaire qui clôt une composition très dessinée.

IMGP5350.JPG
IMGP1930.JPG
IMGP1931.JPG
IMGP1932.JPG
IMGP1933.JPG

09/07/2009

De fontaines... en fontaines... (15)

Quelques gouttes de pluie viennent de rafraîchir la banlieue parisienne, mais c'est largement insuffisant !!! Je vais donc poursuivre ma balade à la découverte des fontaines.

Aujourd'hui, retour dans le 3° arrondissement, à l'angle de la rue du Verbois et de la rue St Martin :

vidéos et photos© Michel LEBEL and Co (reproduction interdite)

La Fontaine du Verbois

IMGP1703.JPG

Elle fut bâtie en 1712 par Pierre Bullet, responsable des plans de modifications des bâtiments de Saint-Martin-des-Champs, dans une des tours de l’enceinte fortifiée du prieuré. En 1882, alors que la tour et la fontaine sont menacées de destruction, Victor Hugo prend leur défense, critiquant l’architecte responsable des travaux :

«Démolir la tour, non, l’architecte, oui. Sur pied, la tour ; à terre l’architecte.Tous les vieux vestiges de Paris doivent être conservés désormais. Paris est la ville du passé. Pourquoi ? Parce qu’elle est la ville de l’avenir».

Tour et fontaine furent donc préservées, déplacées et remontées à leur emplacement actuel.

La fontaine comprend un soubassement d’où l’eau jaillit par un mascaron de bronze à tête d’animal mythologique. Deux pilastres doriques à bossages dits «vermiculés» et «à congélation», couronnés d’une corniche architravée et d’une espèce d’acrotère qui porte un cartouche avec des ailes, ornent la partie centrale de l’édifice.

C'est une merveille d'architecture.

IMGP1700.JPG
Vous pourrez la découvrir sous d'autres angles en regardant les quelques photos de l'album .


05/07/2009

De fontaines... en fontaines...(13)

Ce n'est pas celle que je préfère car elle est imposante et s'apparente plutôt à un blokhaus... mais elle est très rafraîchissante par la quantité d'eau déversée. C'est ce que l'on appelle un "MUR D'EAU"

Aujourd'hui découvrons :

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)

La Fontaine du Square des Amandiers

rue Duris (Paris 20°)

Afin de conserver au lieu une organisation traditionnelle, le projet de rénovation de l’ilot, élaboré au début des années 1980, prévoyait de doubler la superficie d’un ancien espace vert et de l’ouvrir largement sur la zone rénovée.

Le nouveau square des Amandiers, achevé en 1992, réunit à sa périphérie la plupart des équipements publics du nouveau quartier – crèche, école, conservatoire de musique, foyer de personnes âgées, terrain de sport – qui en font le lieu central voulu par les aménageurs. Il dispose à partir de la rue des Amandiers d’un chemin d’accès établi sur un ancien tronçon de la rue des Cendriers aujourd’hui déclassé.

L’architecte paysagiste Dominique Caire a traité ce souvenir de l’ancien quartier à la façon d’une jetée bordée d’arbres, en utilisant la déclivité du terrain pour installer un mur fontaine dont l’eau se déverse dans un vaste bassin aménagé au centre du square. On observera le traitement très maniériste de l’élévation évoquant une façade de blockhaus où se remarque la présence inattendue d’un guetteur.


Quelques photos en bonus :

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)

IMGP1940.JPG
IMGP1943.JPG
IMGP1944.JPG
IMGP5357.JPG
IMGP5358.JPG

 

De fontaines... en fontaines...(14)

J'ai vraiment besoin de fraîcheur...

Aujourd'hui à la découverte de :

La Fontaine de la Victoire

ou Fontaine du Palmier

vidéos et photos© Michel LEBEL and Co (reproduction interdite)

IMGP5096.JPG

De son emplacement, Place du Châtelet (Paris 1°), on peut admirer dans les jeux d'eau :

  • La Tour St Jacques,
  • La cathédrale Notre-Dame,
  • Le théâtre du Châtelet,
    IMGP5098.JPG
  • La Conciergerie...
    IMGP5100.JPG

Edifiée en 1806-1808 à l’emplacement de la forteresse du Grand Châtelet par François-Jean Bralle, architecte, et Louis-Simon Boizot, sculpteur, la colonne est ornée du nom des victoires napoléoniennes et coiffée d’une victoire ailée en bronze doré, debout sur un globe et tenant dans chaque main une couronne de lauriers. Le fût comporte également des tiges de palmier.

La fontaine fut ensuite transformée et surélevée par Davioud en 1858 : il y fit ajouter une élévation composée de deux bassins successifs gardés par quatre sphinx de Jacquemart dont la bouche crache l’eau.

Lors de la restauration de la fontaine en 1896-1901, la Victoire a été transférée au Musée Carnavalet et remplacée par une copie dorée.

Et pour découvrir ce havre de fraîcheur un petit tour sur l'album .

En bonus quelques photos prises depuis la place du Châtelet dont la Tour St jacques :

IMGP1758.JPG

La Tour Saint-Jacques est, depuis 5 siècles, un élément prédominant du paysage de la rive droite de la Seine, point de départ parisien du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle.

 Avant d’être une « tour » singulière, ce fut le clocher de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, église qui, vendue comme bien national pendant la Révolution, fut alors dépecée comme carrière de pierre.

En 1836, la Ville de Paris fit l’acquisition du clocher subsistant, isolé et abandonné, qui devint, au XIXe siècle, la « Tour » Saint-Jacques, ornement d’un des premiers jardins publics parisiens.

Au fil des siècles, la Tour - notamment le décor sculpté délicat et les statues - a été fragilisée par les nombreuses interventions humaines, les agressions climatiques et la pollution.

Quatre interventions ont été effectuées en 150 ans, sans réussir à enrayer les chutes de pierre. Devenue dangereuse pour les visiteurs du square, la Ville de Paris, en concertation avec la Conservation régionale des Monuments historiques a décidé d’entreprendre une restauration complète de la Tour.

La restauration s’attache à conserver et à consolider au maximum les éléments de l’architecture, du décor et de la statuaire, qui datent de la construction au XVIe siècle et de la rénovation du XIXe siècle.

Cette restauration donne sa 3e vie à la Tour Saint-Jacques.


Les travaux débutés en mars 2006, après plusieurs années d’études préparatoires et d’investigations minutieuses, auront duré trois ans.

 

IMGP1759.JPG
IMGP5099.JPG
IMGP5102.JPG

 

 

De fontaines... en fontaines...(11)

Un petit peu de fraîcheur après cette journée caniculaire (on a du frôler les 35° à Paris).

Allons à la découverte de :

La Fontaine du 45 rue des Amandiers (20°) ou Les Génies des Eaux

Peu visible de la rue... elle mérite qu'on s'y intéresse. Dommage il semble que l'eau ne jaillisse plus de cette originale fontaine.

Le programme immobilier des Coudriers construit par les architectes Andrault et Parat, auteurs du Palais Omnisport de Paris-Bercy, comprenait la création d’une placette intérieure reliant entre eux les différents cheminements de l’îlot. La fontaine,créée en 1985 au centre de l’espace pavé par Yvette Vincent-Alleaume, accentue cette convergence en reprenant, avec bonheur, la tradition de la fontaine de village,point de rassemblement et de partage. Ses silhouettes post-cubistes sont certes un écho direct à la géométrie des formes architecturales alentour mais marquent aussi un retour à la représentation figurative, ici voilée de mystère, comme pour mieux s’imposer à la monumentalité environnante.

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)

IMGP1946.JPG
Vous pouvez voir d'autres photos en cliquant ICI

De fontaines... en fontaines...(12)

La CANICULE est toujours sur Paris... Donc un peu de fraicheur avec une nouvelle fontaine !!!

vidéos et photos© Michel LEBEL and Co (reproduction interdite)

La Fontaine des Innocents (Paris 1°)

Située à quelques pas de Beaubourg, Place Joachim du Bellay (Square des Innocents), elle fait la joie de ceux qui fréquentent le quartier des Halles (touristes,banlieusards ou parisiens).

Cette fontaine existait originellement à l’angle de la rue Saint-Denis et de la rue aux Fers (rue Berger à notre époque).

Elle fut ensuite érigée, ou plutôt restaurée et décorée, en 1551, sous le règne de Henri II, par Pierre Lescot et Jean Goujon.

Les trois façades de la fontaine étaient composées d’arcades d’ordonnance corinthienne s’encadrant dans des pilastres contre lesquels une nymphe se dressait.

C’est ainsi que, pour la première fois, une fontaine publique prit une réelle dimension architecturale à Paris.

Sous l’impulsion de Quatremère de Quincy (notable négociant 1755-1849), la fontaine fut déplacée sur la place transformée en marché lors de la destruction de l’église des Saints-Innocents et du transfert des ossements du cimetière aux Catacombes.

Quatre architectes aidés du sculpteur Antoine Pajou, furent chargés de créer un quatrième côté à la fontaine, s’inspirant de Goujon.

Lorsque le marché se déplaça aux Halles de Baltard en 1856-1858, Davioud la fit déplacer de quelques mètres afin qu’elle devienne l’ornement du Square des Innocents.

La cuve-sarcophage et les lions furent remplacés par plusieurs étages de bassins et certaines sculptures déposées au Louvre pour leur conservation.

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)



 

Et pour plus de vues rendez-vous sur l'album

De fontaines... en fontaines... (10)

De nouveau vers l'est parisien :

La Fontaine de Davos Hanich

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)

IMGP1846.JPG

 

Située Square Marcel Mouloudji,  au 74 de l'avenue Jean-Jaurès - Paris XIX° (peu visible pour les nons initiés)

Le square Marcel-Mouloudji, situé un peu à l'écart du canal, a été créé au milieu des années 1980 dans le cadre de la mise en valeur du bassin de la Villette.

Inséré au cœur d'un ilot entièrement rénové et communiquant avec l'avenue par un vaste passage sous porche (n°69/71), il forme un lieu accueillant rejoignant plus loin le bassin de la Villette.

La fontaine qui orne le centre du bassin a été créée par le sculpteur Davos Hanich qui fut l'assistant de Fernand Léger. Composée de deux demi-sphères en acier inox poli - matériau très apprécié de l'artiste en raison du travail qu'il impose à la lumière, elle porte sur son axe central une succession de tuyaux d'où jaillit l'eau.

L'œuvre relève d'un courant de création dont il existe plusieurs autres exemples à Paris (Fontaine Souham d'Alberto Guzman et Fontaine Jussieu de Guy Lartigue).

La fontaine se définit, principalement, comme une forme géométrique, d'un caractère épuré.

Et pour mieux la découvrir un p'tit coup d'oeil sur l'album ...

De fontaines... en fontaines... (9)

Continuons notre découverte de l'est parisien...

Aujourd'hui :

La Fontaine aux Lions

Située dans le parc de La Villette, face à la Grande Halle(Paris 19°).

La Fontaine aux Lions est intégrée au parc de La Villette, un agréable espace de rencontres dynamique et moderne . Elle est encadrée de la Grande Halle (ancien abattoir), la cité de la musique et de nombreuses autres infrastructures modernes.

The Fountain with Lions is included in the park de La Villette, a pleasant place, both dynamic and modern, where people meet for cultural events and relaxation. It is in a frame made up of the Grande Halle (formerly a slaughterhouse), the Cité de la Musique and several other modern buildings.

La Fontaine aux Lions, aujourd'hui devant la grande halle de la Villette, provient de l'ancien carrefour aménagé entre le boulevard Saint-Martin et la rue de Bondy.

Le carrefour fut partiellement détruit au moment de la création de la place de la République.

Dessinée sous le Premier Empire par l'ingénieur Girard, directeur des Eaux de Paris, elle était à l'époque alimentée par les eaux de l'Ourcq.

Mise en place quelque temps au centre de la nouvelle place, elle fut installée à la Villette dès la fin du Second Empire. Les lions, groupés deux par deux, ainsi que la vasque ancienne qui domine l'ouvrage ont été fondus au Creusot. Ils sont parmi les premiers exemples de l'utilisation de la fonte de fer dans la création des fontaines. Les assises en pierre, actuellement en place, sont modernes. Elles "posent" le monument, par ailleurs très perdu sur cette grande esplanade hors d'échelle, qui donne accès au site du côté de la Porte de Pantin.

Toutefois cette fontaine ne nous laisse pas indifférent comme la Fontaine Murale du Conservatoire Jacques Ibert...

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)



 Vous pourrez en découvrir d'autres facettes en feuilletant l'album ...

 

De fontaines... en fontaines...(8)

Continuons notre balade à la découverte des fontaines de Paris... Aujourd'hui dirigeons-nous vers l'est parisien et découvrons  située au 81 rue Armand Carrel(Paris XIX°)

 La Fontaine Murale du Conservatoire municipal Jacques Ibert

 Le conservatoire municipal Jacques Ibert, dû à l’architecte Fernand Pouillon a été achevé en 1987 dans le cadre d’un réaménagement complet du secteur.

Sa façade latérale creusée d’une niche aveugle constitue l’entrée monumentale de la rue Armand-Carrel dont le percement jusqu’à l’avenue Jean-Jaurès, prévu dès le Second Empire au moment de l’ouverture du parc des Buttes-Chaumont, a été terminée à cette occasion.

medium_IMGP1833.JPG
medium_IMGP1832.JPG

Au centre, du mur formant le fond de scène, une fontaine composée d’un emboîtement de colonnes de style dorique laisse couler l’eau jusqu’à une bouche décorée de congélations. Les formes marquent la recherche d’un dialogue avec la rotonde de Ledoux située de l’autre côté de la place.

 

medium_Paris_Rotonde_de_la_Villette_2004.jpg

Il paraît que la nuit, les chutes d’eau sont éclairées par des jeux de lumière qui font alors oublier la relative pauvreté des matériaux utilisés pour la construction...(a voir une prochaine fois).

De fontaines... en fontaines...(7)

Petite pause ce week-end --> montée au sommet de La Tour Eiffel avec les petits-enfants... mais je reviens à mes fontaines parisiennes.

Aujourd'hui découvrons ensemble :

La Fontaine de Jarente ou Fontaine de la Poissonnerie

Située Impasse de la Poissonnerie(Paris 4°) cette fontaine fut édifiée, en 1783, par Caron, architecte du Marché Sainte Catherine, dans une impasse destinée au marché du poisson.

Le marché fut édifié, en partie, grâce au don d'un terrain par l'abbé de Jarente afin que soit ouverte une rue permettant le passage d'une charrue(rue de Jarente).

la fontaine est constituée d'un motif principal, en avant-corps, encadré de deux pilastres d'ordre dorique à bossages sujpportant un entablement avec fronton triangulaire dans le tympan duquel est sculpté un vase entouré de roseaux.

On peut, également, y voir une niche rectangulaire décorée d'un bas-relief représentant un faisceau couronné de chêne avec deux dauphins entrelacés avec des cornes d'abondance.

La Fontaine est encadrée de deux portes sur les linteaux desquelles sont sculptées des rosaces forméées de plantes aquatiques et de coquilles.


De fontaines en ... fontaines...(6)

Continuons de marcher dans les rues de Paris et découvrons aujourd'hui :

La Fontaine des Guillemites

Située Square Langlois(Paris 4°), la Fontaine des Guillemites a connu diverses étapes de constructions. Elevée à la demande des religieux, l'assemblée des échevins de la ville de Paris décida, en 1655, la pose d'un robinet sur le regard du mur extérieur de l'enceinte de l'abbaye.

Jean Beausire fournit, ensuite, le dessin de la nouvelle fontaine en 1719. Après plusieurs menaces de destruction avortées du fait des fréquents changements de régime survenus au XIX° siècle, la fontaine fut préservée d'un nouveau projet d'élargissement de la rue des Blancs-Manteaux, en 1930, grâce à l'action de la commission du Vieux-Paris et déplacée dans le Square des Blancs-Manteaux contre le mur de l'église.

vidéo © Michel LEBEL (reproduction interdite)

 


De fontaines en ... fontaines...(5)

Et une nouvelle fontaine... Aujourd'hui :

La Fontaine des Têtes de Boeuf ou Fontaine des Blancs-Manteaux

Situées au 10 rue des Hospitalières Saint-Gervais(Paris 4°), les deux fontaines sont composées d'une table saillante en forme de stèle surmontée d'un petit fronton triangulaire. A l'origine l'eau jaillissait du mufle des têtes de boeuf, situées dans le tympan des frontons, dans deux bassins disparus aujourd'hui.

Les deux têtes de boeuf, en bronze, furent réalisées, en 1819, par Edmée Gaulle. Elles rappellent la destination du pavillon annexé au marché des Blancs-Manteaux, en 1823, contre lequel elles s'adossent. Aujourd'hui transformé en école communale(de cette école 165 enfants juifs furent déportés et exterminés dans les camps nazis), le pavillon était spécialisé dans le commerce de la viande. L'activité des bouchers est ainsi magnifiée par la référence antique des deux têtes bovines pour le sacrifice.

De nos jours le marché des Blancs-Manteaux a été déplacé de l'autre côté de la rue(dernière image de la vidéo).

vidéos © Michel LEBEL (reproduction interdite)



De fontaines en ... fontaines...(4)

Continuons de marcher à la découverte des fontaines de notre bon vieux Paris ...

Aujourd'hui je vous propose de découvrir :

La Fontaine de la Charité

vidéo © Michel LEBEL (reproduction interdite)


 Située au 48 rue de Sévigné(3°), La fontaine de la Charité a été démolie en 1860. L'unique vestige qui atteste encore de l'existence de cette fontaine est le bas relief du sculpteur Fortin, appartenant au Musée Carnavalet qui le fit sceller dans le mur du 48 rue de Sévigné.

Ce bas relief représente une jeune femme, debout, voiles à l'antique, donnant le sein à un enfant, pendant que trois autres enfants, plus âgés l'entourent. Au bas une urne d'où l'eau sort rappelle la destination de l'édifice.

On passe souvent à côté sans la voir...

 

De fontaines en ... fontaines...(3)

Reprenons notre circuit des anciennes Fontaines de Paris.

Aujourd'hui je vous fais découvrir :

La Fontaine des Haudriettes

vidéo © Michel LEBEL (reproduction interdite)

Située dans le 3ème arrondissement - rue des Haudriettes / rue des Archives, la Fontaine des Haudriettes fut érigée en  1638 et reconstruite en 1760 d'après les croquis de Pierre-Louis Mareaux-Desproux.

Selon la légende un drapier, vivant au XIIème siècle, nommé Hardy, partit aux Croisades et on le déclara mort... Sa fidèle épouse entra au couvent... mais Hardy revint des Croisades.

L'Eglise émue par cet exemple de vertu releva la nonne de ses voeux.

La Fontaine des Haudriettes est la seule trace, remaniée au XVIIIème siècle, de l'Hôpital offert par Haudry en remerciements.

La naïade vue de dos et appuyée sur son urne, sculptée dans le dé ornant le piédestal est l'oeuvre de Pierre-Philippe Mignot(1710-1770).

De fontaines en ... fontaines...(2) note actualisée

MISE A JOUR

Après La Fontaine Sravinski des années 1980, je vous fais retourner un siècle plus tôt en vous présentant :

La Fontaine des Art-et-Métiers

vidéos © Michel LEBEL (reproduction interdite)

Pour plus de détails... voir l'album

Située dans le Square Chautemps(Paris 3ème), la fontaine des Arts-et Métiers fut bâtie en 1860 par Gabriel Davioud. Elle se compose d'un bassin oblong terminé par deux parties demi-circulaire et entouré d'une pelouse disposée en boulingrin.

Deux figures en bronze sont accroupies sur un socle de pierre en pierre faisant corps avec le pied de la vasque en pierre du Jura.

Les deux figures représentent l'Agriculture et le Travail réalisées par Charles Gumery.

L'eau s'échappe du pied de la vasque par deux têtes de lion et au milieu par un jet vertical.

Actuellement seul ce " bâtiment" est visible, l'autre étant en restauration(il représente Mercure et la musique sculptées par Auguste Ottin). Ce sera pour une prochaine découverte...

De fontaines en ... fontaines...(1)

C'est le début d'une série de billets consacrés aux fontaines parisiennes qui sont très nombreuses et qui font l'objet de circuits dans le cadre "des balades du patrimoine".

C'est ainsi que profitant de deux après-midis en soleillés nous sommes partis numériques en bandoulière pour un premier circuit entre des Arts-et-Métiers à la place du Châtelet(11 fontaines que nous avons admirées en un peu plus de 5 heures.

Un petit rappel historique :

Sous l'ancien régime les fontaines publiques se résumaient, généralement, à un mince filet d'eau jaillissant de la bouche d'une nymphe ou d'un faune. A cette époque Paris ne compte que 17 fontaines réparties dans les 4 premiers arrondissements.

A partir du XIXème siècle, l'eau arrivant à profusion, les fontaines se multiplient  avec la création de jeux d'eaux portés par les nouvelles techniques des arts appliqués.

Depuis la fin des années 1970, la ville de Paris mène une politique de remise en eau et de valorisation du patrimoine fontainierqui se traduit notamment par le lancement de concours d'art pour habiller les bâtiments publics...

Pour commencer :

La Fontaine Stravinski

face au musée Beaubourg (Place Igor Stravinski - Paris 4°)

vidéos et photos© Michel LEBEL (reproduction interdite)


Présentée comme la plus vaste fontaine jamais construite depuis les bassins du Trocadéro en 1937(Exposition Universelle), la Fontaine Stravinski se distingua dès son inauguration en1983 par la volonté affichée des commanditaires et de ses concepteurs, Jean Tinguely et Niki de Saint-Phalle, de réconcilier la création artistique et le public de la rue.

Un thème général, le "Sacre du Printemps" d'Igor Stravinski fut retenu pour la conception de ce bassin rectangulaire peu profond peuplé de 16 sculptures animées lancées dans une véritable représentation théâtrale comme autant d'artistes  sur la piste d'un cirque.

Parmi ces nombreuses compositions on pourra admirer la Clé de sol en hommage à la musique...

Pour plus de détails n'hésiter pas à feuilleter l'album .

On aime ou on n'aime pas !!! pour ma part je ne m'en lasse pas...

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique